Excel, quand un bug peut en cacher un autre…

Excel est sans doute le logiciel bureautique le plus utilisé pour réaliser des simulations, notamment dans le domaine économique.

Or, une erreur de calcul peut facilement se glisser dans la multitude des cellules d’un tableau Excel avec des conséquences qui peuvent être importantes quant à l’exactitude du résultat obtenu.

C’est ce qui est arrivé à Rogoff et Reinhart, deux économistes de Harvard dans le cadre de leur étude menée en 2010 «Growth in a Time of Debt». Par exemple, figure parmi les erreurs la formule AVERAGE(L30:L44) au lieu de AVERAGE(L30:L49). Cette erreur exclut ainsi les données économiques de la Belgique du panel des pays représentatifs. La conclusion de la fameuse étude était que « La croissance d’un pays commence à ralentir une fois que son endettement représente plus de 90% de son PIB ». Or, il n’en est rien !

Nexicube - Reinhart Rogoff

« Des erreurs de codage, la non prise en compte de certaines données ont conduit à d’importantes erreurs » indiquent les trois chercheurs du Massachussets, Thomas Herndon, Michael Ash et Robert Pollin qui ont révélés les erreurs et les résultats biaisés.

En tant qu’utilisateur Excel, ce genre d’erreur peut être fréquent. Alors, que faire ? Vérifier une à une toutes les cellules et toutes les formules ? Le problème est qu’un contrôle manuel n’est jamais totalement fiable. La solution est alors de faire appel à un logiciel spécialisé pour effectuer le contrôle de façon automatisée. Oui, il faut tout vérifier et contrôler mais… automatiquement !

Dans un prochain article, nous vous présenterons plusieurs utilitaires permettant de vérifier vos fichiers Excel.

Nexicube, acteur majeur dans le développement de solutions Excel

Fin 2012, l’idée germe dans l’esprit de 3 entrepreneurs de proposer une offre de services construite autour de la suite Microsoft Office et plus particulièrement d’Excel.

Le caractère extrêmement mouvant du paysage informatique implique pour les décideurs et investisseurs du monde IT une visibilité réduite et un risque accru.

Fin janvier, Microsoft, en commercialisant Office 2013, envoie des signaux très positifs: nous sommes loin de l’époque où il était peut-être question d’abandonner VBA. Microsoft ajoute à sa nouvelle version des fonctionnalités orientées BI (Power Pivot, intégré nativement) et cloud computing (abonnements à Office 365, SkyDrive). L’analyse des données est à la fois plus poussée et simplifiée, le partage est mis en avant.

Quelle que soit la version considérée, il est bien rare qu’une entreprise ne soit pas déjà dotée d’Excel. C’est pourquoi Nexicube vous propose aujourd’hui de tirer pleinement parti de ce contexte en alliant la flexibilité et la versatilité d’Excel à la puissance et à la robustesse d’ERP ou de technologies tierces aptes à s’interfacer.

Pour plus d’informations sur www.nexicube.com