Développement Excel : accélérer le chargement des contrôles ListBox ou ComboBox

Si vous développez vos propres applications Excel, vous avez certainement déjà eu recours aux listes déroulantes – ces contrôles placés sur les formulaires qui permettent d’afficher un ensemble de valeurs les unes sous les autres et, accessoirement, d’en sélectionner une en particulier.

Dans cet article, nous allons voir comment peupler efficacement une liste déroulante en vue d’accélérer considérablement le code, notamment lorsque vous avez beaucoup d’éléments à lister.

Il existe 2 contrôles de la bibliothèque MS Forms 2.0 (celles des contrôles de base) permettant de créer des listes déroulantes :

  • ListBox qui affiche plusieurs lignes les unes sous les autres dans un cadre
  • ComboBox qui n’affiche que la ligne sélectionnée
Exemple de ComboBox

Contrôle ComboBox de la bibliothèque MS Form 2.0

Ces 2 contrôles étant des cousins très proches (ils partagent un grand nombre de propriétés, méthodes et événements en commun), l’astuce expliquée en détail dans cet article peut alors s’appliquer indistinctement aux 2.

La méthode classique que nous appellerons « méthode A »

La plupart des développeurs Excel utilisent la méthode AddItem afin d’ajouter un élément à leur liste. Cela donne dans le cas d’une liste à une seule colonne :

maListeBox.AddItem "ma valeur"

Si l’on prend un cas un peu plus concret où il s’agirait de peupler une liste à 100 lignes et 5 colonnes, cela donnerait le code suivant :

Sub Methode_A()
    
    Dim monForm As New UserForm1
    Dim i As Long
    
    For i = 0 To 99
        monForm.ListBox1.AddItem
        monForm.ListBox1.List(i, 0) = i  'on inscrit par exemple un identifiant unique de ligne
        monForm.ListBox1.List(i, 1) = "lib_A_" & i 'on inscrit le libellé de 1ère colonne
        monForm.ListBox1.List(i, 2) = "lib_B_" & i 'on inscrit le libellé de 2ème colonne
        monForm.ListBox1.List(i, 3) = "lib_C_" & i 'on inscrit le libellé de 3ème colonne
        monForm.ListBox1.List(i, 4) = "lib_D_" & i 'on inscrit le libellé de 4ème colonne
    Next i

    monForm.Show
End Sub

Comme vous le voyez, on incrémente le contrôle ligne à ligne.

Et bien il existe une méthode beaucoup plus rapide et peu connue qui consiste à passer l’ensemble des valeurs au contrôle ListBox en une seule fois.

Méthode B

Comme souvent, le fait de lire ou écrire les valeurs d’un tableau en une fois permet d’accélérer considérablement la vitesse d’exécution. Vous connaissez certainement déjà cette technique en VBA pour la lecture/écriture depuis/vers une plage de cellules entière, n’est-ce pas? Une astuce similaire existe pour affecter les valeurs à un contrôle ListBox ou ComboBox. Si nous adaptons le code VBA plus haut, cela donne :

Sub Methode_B()

    Dim monForm As New UserForm1
    Dim i As Long
    Dim mesValeurs(99, 4) As Variant

    For i = 0 To 99
        mesValeurs(i, 0) = i 'on inscrit par exemple un identifiant unique de ligne
        mesValeurs(i, 1) = "lib_A_" & i 'on inscrit le libellé de 1ère colonne
        mesValeurs(i, 2) = "lib_B_" & i 'on inscrit le libellé de 2ème colonne
        mesValeurs(i, 3) = "lib_C_" & i 'on inscrit le libellé de 3ème colonne
        mesValeurs(i, 4) = "lib_D_" & i 'on inscrit le libellé de 4ème colonne
    Next i

    monForm.ListBox1.List = mesValeurs 'on charge les valeurs en une fois dans le contrôle ListBox1
    monForm.Show
End Sub

Dans le code ci-dessus, nous dimensionnons d’abord le tableau mesValeurs, lui affectons des valeurs, puis l’affectons directement à la propriété .List du contrôle ListBox. C’est le fait de ne pas accéder sans cesse au contrôle qui permet de gagner en vitesse d’exécution.

Tests comparatifs des méthodes A et B

J’ai effectué des tests sur les 2 méthodes, pour des listes à taille variable allant de 100 à 50 000 lignes et de 2 à 10 colonnes. Les résultats sont sans appel !

Temps d’affichage en secondes pour la méthode A :

Résultats bruts méthode A

Résultats bruts méthode A (temps d’exécution en secondes)

Temps d’affichage en secondes pour la méthode B :

Résultats bruts méthode B

Résultats bruts méthode B (temps d’exécution en secondes)

D’un coup d’œil, on constate que la méthode B est nettement plus rapide que la A, notamment lorsqu’il est question d’afficher des listes volumineuses.

Pour que les choses soient plus claires, voici la matrice représentant le facteur de gain de la méthode B sur la méthode A :

Ratios obtenus en divisant les temps d'exécution de la méthode A sur ceux de la méthode B

Ratios obtenus en divisant les temps d’exécution de la méthode A sur ceux de la méthode B

Nous constatons que le gain est d’autant plus important que le nombre de valeurs à afficher est élevé.

Conclusion

Nous voyons ici que le passage en une seule fois des valeurs à la liste permet d’obtenir un gain de temps crucial sur le chargement, en particulier pour les applications VBA qui s’interfacent avec des bases de données. Cette méthode rend ainsi possible l’utilisation d’Excel comme système de gestion de BDD relationnelle.

On néglige bien trop souvent l’optimisation du code dans nos développements Excel. Lorsque l’on applique ces techniques d’optimisation à chaque niveau du développement, le gain peut être énorme. C’est ce qui fait la différence entre « une macro Excel » et un développement professionnel.

Cette astuce de programmation représente une partie seulement des optimisations de code que Nexicube recherche et met en œuvre dans ses propres développements. Je vous en présenterai quelques unes dans un prochain article.
De votre côté, n’hésitez pas à nous faire part de vos trouvailles ou commentaires, toujours les bienvenus.

ModelOff 2013

ModelOff 2013, la grand messe des « IT Quant » est lancée !

Il s’agit d’une compétition annuelle, ouverte à tous, qui récompense des aptitudes en modélisation financière sur Excel. C’est le seul événement au monde qui mette Excel à ce point en avant comme l’outil de prédilection pour les acteurs de la profession : les derniers gagnants sont pour la plupart tous issus de grandes sociétés de conseil telles que PwC, JP Morgan …

La compétition se déroule en 3 actes :

  • un premier « round » qui se déroule en ligne, portant sur des questions générales ou spécifiques à propos de fonctions Excel (durée : environ 2 heures)
  • un second « round », toujours en ligne, portant sur des études de cas plus abouties (durée : environ 2 heures)
  • une finale, sur place à New-York, où seuls les meilleurs candidats du 2ème round sont retenus.

Finale ModelOff à New York

Quelques chiffres clés :

  • 2500 participants dont 70% de professionnels et 30% d’étudiants
  • plus de 100 pays représentés (20% des participants sont des US)
  • les pays de plus en plus représentés sont : l’Inde, le Brésil, la Russie et Hong Kong

Une envie soudaine de vous mesurer aux autres ? Visitez le site officiel www.modeloff.com et inscrivez-vous dès à présent pour la session 2014 !

Utiliser Excel pour… peindre !

Excel est un logiciel extraordinairement puissant et largement sous-utilisé par la majorité des utilisateurs. S’il existe néanmoins une utilisation pour la moins incongrue d’Excel, c’est celle qu’en fait l’artiste japonais Tatsuo Horiuchi qui utilise Excel pour… peindre ses tableaux !

Aujourd’hui âgé de plus de 70 ans, Tatsuo Horiuchi avoue avoir toujours été intrigué par ces personnes qui passaient de longues heures de labeur devant une feuille de calcul Excel remplie d’interminables colonnes de chiffres. Un jour, il se décide pour l’achat d’un ordinateur mais renonce à compléter son achat par un logiciel de dessin professionnel et préfère utiliser Excel préinstallé gratuitement sur son ordinateur d’alors.

Tatsuo Horiuchi

Cerisiers en fleur au Château Jogo – 2006

Commence alors une exploration intense des possibilités artistiques d’Excel, récompensée par de nombreux prix dont le premier avec les félicitations du jury au Excel Autoshape Art Contest. Plusieurs musées se portent acquéreur de ses oeuvres et particulièrement le Gunma Museum of Art qui fut l’un des premiers à reconnaître la qualité des tableaux de Tatsuo Horiuchi.

C’est là une façon originale d’utiliser Excel jusque dans ses moindres retranchements. D’ailleurs, peut-être qu’un jour Nexicube lancera un concours des plus beaux fichiers-tableaux réalisés sur Excel, qui sait ?

Utilitaires professionnels pour Excel

Vous l’avez sans doute remarqué : Excel draine dans son sillage une myriade d’applications tierces. Un marché parallèle qui s’explique par la popularité inébranlable du vaisseau amiral de la suite Microsoft Office. Je désigne Excel comme le leader du groupe car s’il ne devait en rester qu’un, pour moi ce serait lui. Voici quelques raisons à cela :

  • Access : aujourd’hui et depuis la version 2007 d’Office, Access n’est plus autant irremplaçable en tant qu’ERP de TPE/PME. Comme je l’évoquais dans un précédent article, Excel peut parfaitement remplir ce rôle (sous réserve de mener certains développements adéquats)
  • Word : on peut remplacer Word par Pages (solution Apple) ou par Calc (Open Office) car, au final, on saura toujours se débrouiller pour avoir un document correctement formaté, imprimé ou exporté en PDF. En matière de traitement de texte, l’échange par messagerie, la conversion d’un format vers un autre et le travail collaboratif ne paraissent pas aussi critique.
  • Excel : on a cru qu’Open Office (avec son module Calc) le délogerait des entreprises en raison de son coût de licence nul. Cependant rien n’y fait. Pas à ma connaissance en tout cas ou de façon marginale. Les férus de Mac (dont je fais partie, à titre personnel) et utilisateurs de Numbers (le tableur d’Apple) me disent tous qu’ils ne peuvent au final se passer d’Excel car son format de fichier est le seul qui soit universellement reconnu (essayez d’envoyer un classeur Numbers à l’un de vos clients…) et aucun autre tableur n’offre les mêmes possibilités en termes de formules mathématiques et d’automatisation de tâches.

Bref, de tous les composants de la suite MS Office, Excel me paraît être le seul qui soit à ce jour très difficilement remplaçable. Performant, versatile, intuitif, … le prix à payer pour passer à une autre solution de tableur et retrouver le même niveau de productivité serait beaucoup plus important que le seul prix de la licence.

En disant cela, je ne cherche absolument pas à remettre en cause la qualité des autres produits de la suite MS Office, ni même celle des produits non Microsoft. Simplement, la capitalisation sur Excel est trop importante.

Il découle de cela qu’Excel en est devenu un outil professionnel, c’est-à-dire pour les professionnels. Les professionnels de tout bord utilisent Excel au quotidien pour exécuter des tâches très spécifiques à leur cœur de métier : gestion patrimoniale, audit de royalties, finance de marché, etc. Saviez-vous que les traders de grandes firmes ne peuvent se passer d’Excel pour lequel on prescrit des prestations de développements dits « tactiques » ou « commando » ? Les autres outils n’offrent pas cette agilité et ne peuvent répondre à cette demande d’adaptation ultra-rapide.

Une utilisation professionnelle d’Excel va donc de paire avec un outillage professionnel. Et c’est sans doute pour cette raison qu’un grand nombre d’éditeurs de logiciels se sont engouffrés dans la brèche, constituant à ce jour une véritable jungle pour le consommateur.

J’ai donc essayé de recenser dans cet article un ensemble d’utilitaires (qui sont parfois des add-ins, parfois non) dont la spécificité a retenu tout particulièrement mon attention.

1/ Vérifiez vos données et vos formules, auditer vos classeurs

  • CompareXL de l’éditeur Spreadsheet Tools : permet de comparer des classeurs ou feuilles entre eux en détectant les différences et les points communs; permet également de les fusionner.
    Le travail de comparaison s’effectue à plusieurs niveaux : données, formules, noms et code VBA. Cet add-in s’avère très utile si vous manipulez, éditez ou historisez un grand nombre de versions différentes d’un classeur ayant initialement servi de point de départ : soit parce que vous avez eu besoin de décliner ce classeur à plusieurs reprises, soit parce que vous l’avez diffusé à des collaborateurs qui l’ont, à leur tour, modifié.

    CompareXL compare 2 classeurs selon un algorithme avancé

    CompareXL compare le contenu de 2 classeurs en utilisant un algorithme avancé

  • Dependency Auditor de l’éditeur Spreadsheet Tools : permet de visualiser, sous forme d’une vue arborescente, les dépendances de n’importe quelle cellule d’un classeur et de lister l’ensemble des erreurs au sein d’une même liste. Excel intègre déjà des fonctionnalités similaires (voir l’onglet « Formules » -> groupe « Audit de formules » dans Excel 2010) mais l’atout, ici, est que l’on peut choisir le niveau d’analyse de l’erreur en « naviguant » dans la formule, c’est-à-dire en en agrégeant ou  détaillant certaines parties.
Dependency Auditor offre une vue arborescente, agrégée ou décomposée d'une formule
Dependency Auditor offre une vue arborescente, agrégée ou décomposée d’une formule

2/ Protégez vos classeurs

  • LockXLS de l’éditeur Spreadsheet Tools : permet de protéger vos classeurs contre la copie et le reverse-engineering. Ce type d’outil est très utile si votre profession vous amène à communiquer à vos clients des classeurs intégrant votre savoir-faire. Vous pouvez vouloir leur montrer des résultats incluant une forme d’interactivité (le simple envoi d’un pdf n’y suffirait donc pas), sans pour autant dévoiler comment ce résultat a été obtenu. Excel intègre déjà des fonctionnalités de protection par mot de passe (protection du classeur, des feuilles et du code VBA) mais de nombreux outils sur le web permettent de briser assez facilement cette protection. Allez à cette requête sur Google pour en avoir un aperçu. Un des gros avantages proposés par LockXLS et donc de rajouter une couche de protection supplémentaire. LockXLS masque le code VBA, les formules et encore bien d’autres choses et propose une multitude d’options pour personnaliser son niveau de protection.
    LockXLS propose une multitude d'options pour protéger vos classeurs

    LockXLS propose une multitude d’options pour protéger vos classeurs

    Autre avantage de taille : vous pouvez « distribuer » vos classeurs de façon professionnelle, à savoir que votre classeur peut se présenter à la manière d’une application, avec message et logo d’accueil, s’installer dans divers répertoires du poste utilisateur et, cerise sur le gâteau, vous pouvez créer une version d’évaluation à durée paramétrable que vous pouvez activer à distance par un simple code d’activation communiqué à votre client.

  • XCell Compiler de l’éditeur DoneEx : cette solution est équivalente à LockXLS et en reprend globalement les mêmes fonctionnalités. Je n’ai personnellement pu essayer que LockXLS et peux attester que l’éditeur (Ukrainien) est sérieux, compétitif et que son support technique est très réactif.
  • XLS Padlock de l’éditeur GDG Software : un nouveau venu, Français qui plus est. Il propose une tarification très intéressante ainsi qu’une option d’encryptage du code VBA en « bytecode ». D’après ce que j’ai compris, ce serait une première par rapport aux solutions citées plus haut car cela offrirait l’avantage de pouvoir compiler en véritable code binaire certaines parties de votre projet VBA, les rendant totalement inviolables.

Beaucoup de clients exigent d’avoir la main sur un code. Pour autant, vous n’êtes plus obligés de leur confier tous vos secrets de fabrication !

3/ Augmentez la précision numérique d’Excel

  • xlPrecision : cet add-in permet d’augmenter de façon ahurissante le nombre de décimales (les « chiffres significatifs ») d’un nombre manipulé dans Excel. Il faut savoir que la façon dont Excel évalue une expression numérique est un processus assez complexe et que la précision des nombres est liée à l’architecture du processeur. Je ne rentrerai pas ici dans le détail mais vous renvoie vers l’article MSDN traitant de ce sujet. Il faut simplement savoir qu’Excel octroie une précision de 15 chiffres significatifs, ce qui peut paraître déjà bien suffisant pour le commun des mortels mais pose rapidement problème lorsque l’on ajoute par exemple des nombres très petits à d’autres très grands.
    xlPrecision vous permet alors d’utiliser jusqu’à 32 767 chiffres significatifs ! Soit une précision 2000 fois supérieure.
    Notez aussi qu’une version totalement gratuite vous permet de travailler avec 3000 chiffres significatifs.
    Enfin, une version conçue spécialement pour les scientifiques vous ouvre les portes du Nirvana avec pas moins de 2 milliards de chiffres significatifs (utilisation restreinte à VBA cependant).
    Je n’ai pas de retour malheureusement quant à une éventuelle baisse des performances avec de telles précisions.

4/ Décuplez la rapidité de vos classeurs

  • Translator++ for Excel, de l’éditeur Ultimate Risk Solutions : permet de « porter » un classeur Excel ainsi que du code VBA en code C++ et de le compiler en un langage machine beaucoup plus rapide à l’exécution. Selon la complexité de votre modèle, le gain peut atteindre un facteur 10 à 100.
    Voici un exemple trivial : vous créez un classeur dans lequel les cellules A1 et A2 acceptent chacune une valeur (input). En cellule A3, le formule « =A1+A2  » renvoie la somme (output). Votre modèle comporte donc 2 entrées et 1 sortie.
    Vous spécifiez cela à Translator++ et obtenez, après compilation, un modèle restreint à cette spécification mais nettement plus performant. Cela peut paraître inutile pour un tel modèle mais sera certainement très avantageux pour des classeurs nécessitant plusieurs secondes, voire minutes, à être re-calculés.

5/ Publiez vos modèles Excel sur le web

  • SpreadsheetConverter de l’éditeur Suédois Framtidsforum I&M AB : Cet utilitaire permet d’exporter automatiquement vos feuilles de calcul Excel en pages Web dynamiques, c’est-à-dire que vous retrouvez sur la toile l’interactivité d’un formulaire de saisie et son résultat associé. Seuls les inputs demandés à l’utilisateur sont affichés tandis que les feuilles et formules de calcul intermédiaires sont masqués et partie intégrante du code généré. Vous pouvez également exporter des graphiques dynamiques.
    SpreadsheetConverter exporte vos feuilles de calcul Excel vers un site web dynamique.

    SpreadsheetConverter exporte vos feuilles de calcul Excel vers un site web dynamique.

    A noter que l’éditeur propose un système de licences distinctes pour chacun des formats de conversion possibles, à savoir : HTML, ASP.Net, Flash et iPhone/Android.

Conclusion

En conclusion de cet article, sachez que de nombreux autres utilitaires pour Excel existent. Il est parfois inopportun d’exécuter manuellement certaines tâches fréquentes de vérification dont dépend la qualité de vos livrables. De même qu’il est inopportun de vouloir toujours tout réaliser soi-même lorsqu’un investissement, parfois de l’ordre de 100 à 200 €, peut le faire beaucoup mieux à votre place, vous faisant gagner un temps et un crédit précieux.

Vous avez maintenant les idées mais ne savez toujours pas comment vous y prendre ? Nexicube vous assiste de A à Z sur votre projet.

Excel comme ERP d’entreprise? Pourquoi pas.

Le titre peut paraître surprenant, n’est-ce pas ?

Aujourd’hui, les solutions proposées aux entreprises en guise d’ERP vont généralement de l’artillerie lourde, telle Oracle ou SAP, destinée aux grands comptes, à la plus légère, avec des solutions telles que Microsoft Dynamics, plus adaptée aux PME.

Longtemps, des entreprises de taille moyenne ou encore des Directions métiers de grands groupes ont également fait développer des systèmes de gestion de l’information basés sur Access car c’était alors la solution la plus économique pour une prestation personnalisée.

Nexicube propose de placer Excel au coeur des ERP

Nexicube propose d’utiliser Excel comme alternative aux ERP

Récemment, un client pour lequel travaille Nexicube m’a demandé s’il était possible de « re-coder » une solution Access déployée sur une multitude de postes utilisateurs. La solution en place présentait alors 2 inconvénients majeurs :

  1. D’une part, il arrivait à la solution de crasher assez fréquemment, sans raison apparente, fermant irrémédiablement la fenêtre. Et comme 1 poste sur 5 était équipé d’Access (les autres n’ayant que le « runtime », sorte d’environnement permettant l’exécution du programme mais pas son édition), il était alors impossible de s’arrêter au sein du code, sur l’erreur, afin de la corriger.
  2. D’autre part, le service en question subissait des pressions de la part de sa DSI pour limiter de plus en plus le nombre de licences Access déployées sur les postes. Le client me disait alors : « d’ici 2014, il se peut que l’on n’ait plus une seule licence Access ».

Je lui proposais alors de tout re-développer sous Excel 2010. D’abord étonné, il me répondit qu’il n’avait aucun a priori sur Excel par rapport à Access et que si la substitution se faisait de manière transparente, ce serait alors même très intéressant, à plusieurs points de vue.

J’en viens alors aux caractéristiques fondamentales qu’un ERP « made in Excel » doit posséder pour pouvoir se substituer de façon satisfaisante à une solution Access :

  1. Tout d’abord, la performance
    Excel utilise un moteur de requêtage SQL similaire à Access (via ADODB) garantissant des performances optimales. De plus, depuis la commercialisation d’Office 2007, l’introduction du format XLSB (B pour « binary ») permet de stocker des données dans des fichiers Excel au poids bien plus réduit qu’auparavant : un xlsx offre jusqu’à un facteur 5 par rapport à l’ancien xls. Un xlsb offre encore un facteur 5 par rapport au xlsx. C’est donc une taille environ 20 fois moindre qui est proposée et un accès plus rapide aux données.
  2. La gestion de la volumétrie
    Depuis la commercialisation d’Excel 2007, il est désormais possible de stocker
    1 000 000 d’enregistrements par feuille, ce qui est très largement suffisant dans la plupart des cas. Une modélisation dite « étoilée » de la base de données permettra de surcroit de « factoriser » une bonne partie des données en réduisant les possibilités combinatoires.
  3. La séparation des contenus
    Comme évoqué plus haut, il sera intéressant de séparer les données à proprement parler, c’est-à-dire les enregistrements de la base, du code permettant d’exécuter les requêtes de consultation/édition.
    On retiendra donc le principe consistant à stocker les tables dans un fichier XLSB et les macros VBA et requêtes SQL dans un fichier standard XLS ou XLSM.
  4. L’accessibilité en multi-utilisateurs
    Nous avons développé chez Nexicube les briques technologiques permettant à plusieurs utilisateurs de se connecter simultanément à l’outil, tant en lecture qu’en écriture. Dès lors qu’un utilisateur modifie une donnée, cette modification est visible de tous.
  5. L’intégration réussie à l’environnement de travail
    Il est tout à fait possible de rendre l’environnement Excel totalement transparent pour l’utilisateur. Ainsi, celui-ci cliquera sur une icône positionnée par exemple sur son bureau et l’application démarrera, affichant seulement le formulaire principal.
    De plus, il sera tout à fait libre de manipuler (ouvrir, sauvegarder, etc.) d’autres fichiers Excel alors même que son application est lancée car celle-ci s’exécutera dans une instance Excel qui lui est propre.
  6. La gestion des droits utilisateurs
    Une liste d’utilisateurs peut être définie pour recenser l’ensemble des personnes ayant accès à l’application. Cette liste peut également préciser, pour chaque personne, un niveau de privilèges différent : par exemple, ceux pouvant uniquement accéder en lecture aux données, ceux pouvant y accéder également en écriture, ceux pouvant modifier le code VBA, etc.

Une solution ERP classique coûte généralement entre 60 000 € et 500 000 € tandis qu’un ERP réalisé sous Excel sera beaucoup plus abordable financièrement, tant du point de vue de sa réalisation que de sa maintenance. Les demandes d’évolutions seront beaucoup plus rapidement honorées.

Vous souhaitez en savoir plus ? Contactez-nous.

Guide de démarrage rapide d’Excel 2013

Si vous découvrez Excel 2013, voici le guide gratuit officiel de Microsoft à télécharger pour vous familiariser avec les nouveautés d’Excel.

Nexicube - guide Excel 2013

Télécharger le guide gratuit officiel Excel 2013

Toute l’équipe de Nexicube vous en souhaite une bonne utilisation !

Excel, quand un bug peut en cacher un autre…

Excel est sans doute le logiciel bureautique le plus utilisé pour réaliser des simulations, notamment dans le domaine économique.

Or, une erreur de calcul peut facilement se glisser dans la multitude des cellules d’un tableau Excel avec des conséquences qui peuvent être importantes quant à l’exactitude du résultat obtenu.

C’est ce qui est arrivé à Rogoff et Reinhart, deux économistes de Harvard dans le cadre de leur étude menée en 2010 «Growth in a Time of Debt». Par exemple, figure parmi les erreurs la formule AVERAGE(L30:L44) au lieu de AVERAGE(L30:L49). Cette erreur exclut ainsi les données économiques de la Belgique du panel des pays représentatifs. La conclusion de la fameuse étude était que « La croissance d’un pays commence à ralentir une fois que son endettement représente plus de 90% de son PIB ». Or, il n’en est rien !

Nexicube - Reinhart Rogoff

« Des erreurs de codage, la non prise en compte de certaines données ont conduit à d’importantes erreurs » indiquent les trois chercheurs du Massachussets, Thomas Herndon, Michael Ash et Robert Pollin qui ont révélés les erreurs et les résultats biaisés.

En tant qu’utilisateur Excel, ce genre d’erreur peut être fréquent. Alors, que faire ? Vérifier une à une toutes les cellules et toutes les formules ? Le problème est qu’un contrôle manuel n’est jamais totalement fiable. La solution est alors de faire appel à un logiciel spécialisé pour effectuer le contrôle de façon automatisée. Oui, il faut tout vérifier et contrôler mais… automatiquement !

Dans un prochain article, nous vous présenterons plusieurs utilitaires permettant de vérifier vos fichiers Excel.

Nexicube, acteur majeur dans le développement de solutions Excel

Fin 2012, l’idée germe dans l’esprit de 3 entrepreneurs de proposer une offre de services construite autour de la suite Microsoft Office et plus particulièrement d’Excel.

Le caractère extrêmement mouvant du paysage informatique implique pour les décideurs et investisseurs du monde IT une visibilité réduite et un risque accru.

Fin janvier, Microsoft, en commercialisant Office 2013, envoie des signaux très positifs: nous sommes loin de l’époque où il était peut-être question d’abandonner VBA. Microsoft ajoute à sa nouvelle version des fonctionnalités orientées BI (Power Pivot, intégré nativement) et cloud computing (abonnements à Office 365, SkyDrive). L’analyse des données est à la fois plus poussée et simplifiée, le partage est mis en avant.

Quelle que soit la version considérée, il est bien rare qu’une entreprise ne soit pas déjà dotée d’Excel. C’est pourquoi Nexicube vous propose aujourd’hui de tirer pleinement parti de ce contexte en alliant la flexibilité et la versatilité d’Excel à la puissance et à la robustesse d’ERP ou de technologies tierces aptes à s’interfacer.

Pour plus d’informations sur www.nexicube.com